born to do born : devenir sage-femme

born to do born : devenir sage-femme

Arreter de croire au Père-Noel

Se dire qu'on n'est pas fait pour ça, qu'on serait beaucoup plus heureuse si on abandonnait, ressentir le besoin de parler aux personnes qu'on aime, de les voir, pleurer tous les soirs, faire comme si on n'avait pas entendu le réveil et se rendormir parce que si on se lève on sait que ce sera pour bosser jusqu'à 23h et qu'on n'en a pas le courage, quand on bosse faires des pauses de ½ heure toutes les heures, ne prendre aucun plaisir à ce qu'on fait, connaitre ses cours par cœur et pourtant se forcer encore et encore à les relire, ce qui n'empeche pas de se planter en faisant les annales, se dire que tout notre travail ne sera pas récompensé, se dire qu'on n'est pas assez fort… Le problème c'est qu'il est trop tard pour ça, après en avoir chié pendant 9 mois c'est plus possible d'abandonner car le plus gros est fait et si j'abandonne je fais quoi ? Et pourtant…à croire que je ne le veux pas ce concours, je fais tout pour le louper… Une seule conclusion à en tirer : je suis humaine ! Oui car je m'aperçois qu'il n'est pas humainement possible de tenir de 7h à 23h pendant 2 mois, que je suis crevée et que pendant mon seul moment de repos, le sommeil, je passe maintenant mes nuits à rêver (ou cauchemarder plutôt) de l'extérieur, de ce qu'il pourrait arriver à mes proches, car coupé du monde extérieur le seul contact qu'on a avec c'est par l'imagination…et ce que je m'imagine… Alors certaines personnes le savent déjà, l'an dernier je ne voulais pas avoir mon bac, j'ai pourtant fait de mon mieux pour le louper, je ne me sentais pas prête à attaquer une étape aussi décisive et aussi dure, mais à la rentrée je me sentais d'attaque, j'avais eu les vacances pour me booster… Ben en fait je regrette toujours de ne pas avoir mon bac à passer cette année à la place du concours, car je n'arrive plus à remonter la pente, je n'étais peut-être réellement pas prête, car quand on se met dans des états pareils par moments et que le reste du temps ça va ,OK, mais quand tout s'inverse et que ce genre de pensées reste et s'impose constamment avec quelque moments de motivation est-ce que ça mène quelque part, est-ce que ça suffira ? Je croyais avoir la réponse mais voilà depuis fin avril je m'aperçois que je ne trouve plus : Pourquoi est-ce que je veux être sage-femme ? Peut-être que je me suis voilée la face en me répétant que c'était ça que je voulais faire depuis toujours mais… et si je m'étais trompée ? Car sage-femme je dis que c'est un rêve depuis toute gamine mais justement, peut-être qu'il serait temps que j'arrête d'être gamine, que je grandisse… Plein de gamines veulent être princesses, se marier avec le prince charmant (ou leur pôpa), croient au père-noël, à la petite souris… Le monde n'est pas rempli de princesses écrivant des lettres au père-noël, certaines se sont donc aperçues qu'à partir d'un certain âge il fallait arrêter de rêver et être réaliste… être adulte c'est déprimant à dire mais je crois que ça veut dire arreter de rêver… en tout cas pour moi le rêve de sage-femme s'est transformé en cauchemard : est-ce que je vais me réveiller ?



21/05/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres